Vote des personnes handicapées : “C’est la pleine citoyenneté” et “cela nous semblait logique”

Matthieu Annereau, président de l’Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées, a estimé que cette décision est une avancée, mais qu’il faut aller encore plus loin en rendant les campagnes électorales accessibles.

“C’est la pleine citoyenneté, tout simplement” et “cela nous semblait logique”, a réagi jeudi 25 octobre sur franceinfo Matthieu Annereau, président de l’Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées (APHPP), après les annonces de la secrétaire d’État aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel.

Les personnes majeures sous tutelle auront à l’avenir un droit de vote inaliénable et pourront aussi se marier, sans qu’un juge puisse les en priver, a-t-elle indiqué. La secrétaire d’État a pour objectif que les 300 000 personnes sous tutelle privées de vote “puissent voter aux prochaines élections municipales de 2020”.

Une avancée mais il reste encore du chemin

Pour Matthieu Annereau, “il y avait déjà eu un premier pas dans la grande loi handicap de 2005, qui donnait le droit de vote à une certaine catégorie de personnes sous tutelle, et là, on va plus loin”. Mais le président de l’APHPP a toutefois souligné que “pour que la pleine citoyenneté puisse s’exercer”, il faut qu’il y ait “un véritable accès au vote”. Selon lui, il faudrait donc aller encore plus loin : “il faut également l’accessibilité des campagnes électorales, que les contenus soient par exemple accessibles aux déficients visuels, il faut aussi l’accessibilité des bureaux de vote”, a détaillé Matthieu Annereau.

 

Source : www.francetvinfo.fr

 

 

.