Paris : trois mois de prison avec sursis pour l’agresseur filmé dans le métro

VIDÉO – Le 29 octobre dernier, une jeune femme avait filmé un homme qui lui avait touché les fesses dans le métro à la station Gare de Lyon. La vidéo, postée sur Twitter, a été partagée plusieurs milliers de fois. Son agresseur a été condamné, ce jeudi, à de la prison avec sursis.

La vidéo a été partagée plus d’un millier de fois. Elle montre une jeune femme filmer son agresseur, le 29 octobre dernier, dans les couloirs du métro, à la station Gare de Lyon, à Paris. Adélaïde, une Parisienne de retour de Marseille, a subi un attouchement de la part d’un homme qui, passant près d’elle, lui touche les fesses. Ce jeudi, cet homme, un Moldave de 24 ans dénommé Wazil, a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris.

«J’avais dormi dans le train, je venais de me réveiller, donc j’ai cru que j’avais halluciné», nous explique Adélaïde, contactée par téléphone ce jeudi. Mais l’agresseur ne se démonte pas. Il se retourne et lui fait un clin d’œil. La victime sort alors son téléphone et filme son agresseur en le suivant de près. «C’était un réflexe, je le fais souvent pour avoir une preuve de ce qu’il se passe», poursuit la trentenaire. Elle publie ensuite la vidéo sur Twitter. Les images montrent l’homme marcher devant Adélaïde et s’arrêter devant le plan du métro. «Il attendait juste que je passe pour se retrouver derrière moi, sauf que c’est plus difficile d’agir avec un agresseur dans son dos», explique Adélaïde, qui reste donc derrière lui.

L’homme, visiblement à l’aise, se dirige finalement vers le quai, tout en jetant des coups d’œil narquois à Adélaïde. «Le voir m’attendre, me fixer et me narguer m’a glacé le sang», raconte-t-elle. Face à elle, l’agresseur ne bouge pas, et la regarde droit dans les yeux. Il finit par tourner les talons, sans qu’il ne se passe «rien de spécial, pas un échange de parole, mais je crois qu’il a compris que je le filmais».

«Tracé» grâce à son pass Navigo

Descendue à Bastille, Adélaïde raconte l’agression à des contrôleurs. «Ils n’en avaient rien à faire, ils n’ont même pas regardé mon téléphone», déplore-t-elle. On lui explique qu’elle aurait dû signaler l’agresseur à Gare de Lyon, mais qu’il est maintenant trop tard. Interrogée par RTL, la RATP explique pourtant que «tous les agents de stations et personnels de sécurité reçoivent une formation sur les violences sexistes et sexuelles». Adélaïde n’insiste pas, mais décide alors de poster la vidéo sur Twitter.

Le 5 novembre, l’homme est finalement interpellé à la gare du Val de Fontenay, dans le Val-de-Marne, par la police des transports. Il a été «tracé» grâce à son pass Navigo. Accompagné par une interprète roumaine lors de sa garde à vue, le suspect a nié les faits qui lui sont reprochés. Face aux images filmées par Adélaïde, il n’a cependant pu nier sa présence mais a simplement déclaré qu’il ne lui a pas touché les fesses mais le coude, en passant un peu trop près d’elle, explique le Parisien . «Il ne s’attendait pas à être attrapé, suppose la jeune femme. Il s’est excusé, mais seulement pour être passé près de moi».

L’homme, un ancien policier en Moldavie, sera finalement condamné à trois mois de prison avec sursis et à verser un euro de dommages et intérêts à la victime.

 

 

Source : www.lefigaro.fr

 

.